fbpx
01 80 49 04 16

Qu’est-ce qu’un Psychopraticien ?

SOMMAIRE

Psychopraticien est devenu, depuis 2010, la nouvelle appellation du métier de « psychothérapeute ». Il s’agit donc de la dénomination d’une activité professionnelle et non pas d’un titre. L’exercice de la psychothérapie demeure ainsi libre et le psychopraticien est un professionnel de la psychothérapie, qu’on peut notamment assortir du qualificatif « certifié » ou « relationnel ».

Le terme psychopraticien désigne explicitement un « praticien du champ psy ». Il est employé par des professionnels ayant une compétence dans le champ du soin psychique, sans pour autant détenir le titre de psychologue, ni celui de psychothérapeute, ou de psychiatre.

Tout compte fait, un psychopraticien pratique la psychothérapie, mais ne peut plus porter le titre de psychothérapeute selon la loi.

Définition de psychopraticien

Un psychopraticien est par définition une personne chargée d’accompagner en psychothérapie ceux qui aspirent à mieux se connaître, à surmonter une période difficile, à sortir de leurs souffrances, à travailler leurs peurs, et à trouver un sens à leur vie. Il intervient également auprès de ceux qui souhaitent simplement faire le point et aller mieux.

Le psychopraticien est un professionnel de la relation d’aide dans le champ de la psychothérapie, utilisant obligatoirement une méthode spécifique dont l’analyse psycho-organique, la gestalt ou encore la thérapie transpersonnelle. Il arrive que certains psychopraticiens soient formés à plusieurs méthodes.

L’accompagnement du psychopraticien a pour rôle de soulager les souffrances, les angoisses et les crises des personnes.

Quel est le rôle d’un psychopraticien ?

Le rôle d’un psychopraticien est de fournir un soutien thérapeutique aux individus en utilisant diverses approches de thérapie psychologique. Contrairement aux psychiatres et aux psychologues, les psychopraticiens ne sont pas nécessairement soumis à des réglementations strictes et peuvent avoir des parcours de formation variés. Cela n’en fait pas des charlatans et l’immense majorité de ces professionnels sont compétents et passionnés par leur métier.

Pour autant, il est important d’exercer un discernement avant de s’adresser à un professionnel dont le cursus n’a pas été validé par un diplôme reconnu par l’État. Les psychopraticiens jouent un rôle important dans le domaine de la santé mentale en aidant les clients à surmonter des difficultés émotionnelles, comportementales et relationnelles.

Un psychopraticien se distingue par sa flexibilité et son approche personnalisée. Il utilise une gamme de techniques thérapeutiques adaptées aux besoins spécifiques de chaque client. Ces techniques peuvent inclure la thérapie cognitivo-comportementale, la gestalt-thérapie, l’analyse transactionnelle, et d’autres méthodes de thérapie brève. L’objectif est de fournir des outils pratiques et des stratégies pour aider les clients à gérer leurs émotions, à changer des comportements problématiques et à améliorer leur bien-être général.

Le processus thérapeutique avec un psychopraticien commence généralement par une évaluation initiale des besoins et des objectifs du client. Cette évaluation permet au psychopraticien de comprendre les défis spécifiques auxquels le client est confronté et de déterminer la meilleure approche thérapeutique. Ensuite, au cours des sessions régulières, le psychopraticien guide le client à travers des exercices et des discussions visant à explorer les pensées, les sentiments et les comportements. L’empathie et l’écoute active sont des compétences essentielles dans ce processus, permettant de créer un environnement sûr et non-jugeant où le client peut s’exprimer librement.

Un aspect clé du travail d’un psychopraticien est de rendre le client autonome. Plutôt que de fournir des solutions toutes faites, le psychopraticien aide les clients à développer leurs propres stratégies pour faire face aux difficultés. Cela implique souvent de renforcer la résilience et la capacité du client à gérer le stress et les défis futurs de manière indépendante.
Le psychopraticien travaille avec une variété de clients, y compris ceux qui peuvent ne pas répondre aux critères diagnostiques de troubles mentaux graves, mais qui cherchent néanmoins un soutien pour améliorer leur qualité de vie. Par exemple, un psychopraticien peut aider un client à naviguer dans une transition de vie difficile, à améliorer ses relations personnelles ou à gérer des niveaux de stress élevés.

Si on voulait résumer, on pourrait dire que le rôle d’un psychopraticien est d’offrir un soutien thérapeutique adapté aux besoins individuels des clients, en utilisant une variété de techniques psychologiques. En mettant l’accent sur l’empathie, l’écoute active et l’autonomie, le psychopraticien aide les clients à surmonter leurs défis émotionnels et comportementaux et à améliorer leur bien-être général. Le parcours flexible et personnalisé de chaque client avec un psychopraticien permet une approche thérapeutique efficace et holistique.

Son approche thérapeutique

Le psychopraticien s’appuie sur un modèle systémique et une approche « solutionniste » qui considère que la personne s’inscrit dans de multiples systèmes et dont les interactions suivent des enjeux psychologiques selon des schémas répétitifs. 

Cette psychothérapie spécifique (analyse transactionnelle, sophrothérapie, approche centrée sur la personne, etc.) est expérimentée par lui-même. Tous ces facteurs réunis, associés à la supervision obligatoire, assurent le professionnalisme et l’éthique du métier de psychopraticien. 

De même, la référence à une méthode psychothérapique reconnue et codifiée par la FF2P et l’EAP, constitue la particularité du psychopraticien.

Le psychopraticien intervient :

  • pour essayer de résoudre des problématiques sociales (racisme, violence, harcèlement…),
  • pour régler des problématiques relationnelles (confiance, estime de soi, conflit…),
  • pour tenter de trouver des solutions aux troubles de l’adaptation (sociaux, familiaux et professionnels)
  • ou encore pour solutionner des troubles réactionnels à un événement de vie (burn-out, rupture, chômage, deuil…).

Il peut notamment accompagner des individus, souffrant de troubles psychopathologiques, à la demande d’un professionnel de santé (psychiatre, médecin généraliste, psychologue).

Grâce aux outils de sa méthode, le psychopraticien doit parvenir à remobiliser les ressources de son client et d’aller vers une plus grande autonomie psychique. Pour ce faire, il doit savoir s’adapter à son client et le mettre dans de bonnes conditions. Il se remet en question et revoit ses hypothèses, en gardant sa concentration sur le client, plutôt que sur ses propres croyances.

le rôle du psychopraticien

Quelle formation suivre pour devenir psychopraticien ?

Pour devenir psychopraticien, il est obligatoire de suivre une formation certifiante complète à une méthode reconnue : gestalt-thérapie, analyse transactionnelle, hypnose éricksonienne, programmation neurolinguistique, approches psychocorporelles. 

Mais avant cela, il faut suivre une formation en psychologie et en psychopathologie clinique, tout en ayant une supervision tout au long de la pratique. Le psychopraticien suit alors un parcours pouvant aller de 47 à 56 jours de formations/supervision. 

Il doit s’engager à se conformer à la charte déontologie de sa profession et être accrédité par une commission nationale de pairs. Ceci permet de garantir que la méthode suivie durant le cursus de formation correspond parfaitement à la personnalité, à la demande et aux espoirs mis par le psychopraticien dans son futur métier. 

Somme toute, le psychopraticien peut ainsi obtenir un titre RNCP de niveau Bac+3 en passant la formation de Coach professionnel dans sa formation, lui donnant ainsi une reconnaissance d’état.

MHD Formation vous propose une formation pour devenir psychopraticien certifié, en trois parcours avec une base en psychopathologie, et la possibilité de s’orienter vers l’hypnose, la relation d’aide et le cycle Coaching Professionnel (certification RNCP).

Pourquoi est-ce si important de suivre une formation de psychopraticien reconnue ?

Le Syndicat national des praticiens en psychothérapie (SNPPsy) et l’European Association for Psychotherapy (EAP) ont créé un code de déontologie. L’EAP a lancé un certificat européen de psychothérapie. Pour l’obtenir, des études supérieures (bac + 3), ainsi qu’une formation approfondie de quatre ans minimum sont exigées. Cependant, il s’agit d’un diplôme privé qui n’est donc pas reconnu par l’État. 

Avant de penser à suivre une formation, il faut vérifier que l’école est un « organisme de formation agréé » : cette mention désigne un numéro d’enregistrement délivré par la Direction régionale de la formation professionnelle. Ceci permet à l’établissement de réaliser des conventions avec les entreprises ; et à l’apprenti, de bénéficier de la formation professionnelle, s’il est salarié.

Il est important de souligner aussi que les psychopraticiens certifiés ou relationnels figurent sur les annuaires des fédérations ou des syndicats suivants : FF2P, AFFOP, SNPPsy, Psy’G, Psy en Mouvement.

MHD Formation met à votre disposition un parcours pour devenir Psychopraticien, qui s’étale sur 51 jours de formations et en 6 blocs de formation complémentaire donnant accès à un titre professionnel de coach reconnu par l’état et une multitude de compétences en hypnose, PNL, psychopathologie et relation d’aide.

Envie de découvrir toutes nos formations ? Consultez ici l’ensemble de nos formations et trouvez la vôtre.

PARLEZ-NOUS DE VOTRE PROJET DE FORMATION !