fbpx
01 80 49 04 16

Psy et coach : différences et similitudes

SOMMAIRE

Commençons par définir ce qu’est un coach (plus particulièrement un coach de vie) et un psychologue. Observons ensuite ce qui les différencie et ce qui les rapproche et dans quel contexte faire appel à l’un ou à l’autre.

C’est quoi un coach ?

Un coach de vie, ou life coach, est un professionnel qui accompagne des individus dans leur développement personnel et professionnel. Le rôle principal d’un life coach est d’aider ses clients à identifier leurs objectifs, à surmonter les obstacles et à réaliser leur plein potentiel.

Contrairement aux thérapeutes traditionnels, les coachs de vie se concentrent davantage sur le futur que sur le passé. Ils utilisent diverses techniques pour motiver et inspirer leurs clients à prendre des mesures concrètes vers leurs aspirations. Un life coach travaille souvent avec des personnes qui cherchent à améliorer des aspects spécifiques de leur vie, tels que la carrière, les relations, la santé ou le bien-être général.

Le processus de coaching implique généralement des sessions régulières où le coach de vie pose des questions orientées, offre des feedbacks constructifs et guide son client vers des actions pratiques.

L’objectif est de clarifier les visions et de développer des plans d’action réalistes. Un life coach n’intervient pas sur des troubles mentaux graves, mais aide à améliorer la qualité de vie et à renforcer les compétences personnelles. Par exemple, un coach de vie pourrait aider un client à mieux gérer son temps, à trouver un équilibre entre vie professionnelle et personnelle, ou à renforcer sa confiance en soi. Le coaching est souvent vu comme un partenariat entre le client et le life coach, où la communication ouverte et la confiance mutuelle sont essentielles.

C’est quoi un psy ?

« Un psy » est un terme générique désignant divers professionnels de la santé mentale, chacun ayant des rôles et des compétences spécifiques.

  • Le psychiatre est un médecin spécialisé dans le diagnostic, le traitement et la prévention des troubles mentaux. Ayant suivi une formation médicale complète, il est habilité à prescrire des médicaments et peut combiner ces traitements médicamenteux avec des thérapies psychologiques.
  • Le psychologue, en revanche, est formé en psychologie après avoir obtenu un diplôme universitaire de niveau master ou doctorat. Il se concentre sur l’évaluation, le diagnostic et l’intervention psychologique sans recours à la pharmacologie. Les psychologues utilisent des méthodes basées sur des théories et des recherches psychologiques pour aider les individus à surmonter des difficultés émotionnelles, comportementales et sociales : freudiennes, jungiennes, lacaniennes, institutionnelles…
  • Le psychothérapeute est un terme plus général qui englobe divers professionnels formés à la psychothérapie, y compris les psychologues et les psychiatres. La psychothérapie est un traitement par la parole visant à aider les individus à comprendre et à modifier des pensées, des sentiments et des comportements perturbants. Les psychothérapeutes peuvent utiliser une variété de techniques, comme la thérapie cognitivo-comportementale, la thérapie psychanalytique, la thérapie humaniste, et bien d’autres. Contrairement aux psychologues, qui peuvent se spécialiser dans des domaines variés tels que la psychologie clinique, scolaire ou du travail, les psychothérapeutes se concentrent spécifiquement sur la pratique thérapeutique.
  • Le psychopraticien est une catégorie de professionnels de la santé mentale qui peut ne pas être aussi strictement réglementée par l’État que les autres catégories. Un psychopraticien a suivi une formation spécialisée en thérapie, qui peut inclure des approches comme la gestalt-thérapie, l’analyse transactionnelle, la thérapie systémique, la PNL, l’hypnose ou d’autres méthodes. La principale différence entre un psychopraticien et un psychothérapeute réside dans la régulation et la reconnaissance officielle de leurs formations. Les psychopraticiens offrent des services de soutien psychologique et thérapeutique, souvent en se concentrant sur des méthodes pratiques et holistiques pour améliorer le bien-être de leurs clients. Contrairement aux psychiatres, les psychopraticiens ne prescrivent pas de médicaments, et contrairement aux psychologues, ils peuvent ne pas avoir suivi de formation universitaire reconnue en psychologie.

Chacun de ces professionnels joue un rôle particulier dans le domaine de la santé mentale.

Les psychiatres apportent une expertise médicale et pharmacologique essentielle pour traiter des troubles sévères.

Les psychologues offrent une approche basée sur la recherche et l’évaluation psychologique approfondie. Ces approches fonctionnent sur le temps long. On parle souvent “d’analyse”.

Les psychothérapeutes apportent une expertise spécialisée en traitement psychologique par la parole.

Les psychopraticiens offrent des méthodes diversifiées et souvent holistiques pour aider les clients à surmonter leurs difficultés émotionnelles et psychologiques généralement à travers des “thérapies brèves” c’est-à-dire concentrées sur quelques semaines. En combinant leurs compétences et leurs approches, ces professionnels contribuent à un réseau de soutien mental complet et diversifié, permettant aux individus d’accéder au type de soin le plus adapté à leurs besoins.

A noter : Les psychologues et les psychiatres ont des patients. Les psychopraticiens, les psychothérapeutes et les coachs, des clients.

psychologie et coaching, comment les différencier

Quelle est la différence entre psychologie et coaching ?

La différence entre la psychologie et le coaching réside principalement dans leurs objectifs, leurs méthodes et les types de problèmes qu’ils adressent.

  • La psychologie, pratiquée par des psychologues, se concentre sur la compréhension, le diagnostic et le traitement des troubles mentaux, émotionnels et comportementaux. Les psychologues utilisent des méthodes scientifiques et des théories psychologiques pour aider les individus à surmonter des problèmes tels que la dépression, l’anxiété, les troubles de la personnalité et d’autres conditions pathologiques. Ils peuvent également travailler sur des aspects plus quotidiens comme le développement personnel, les relations interpersonnelles et la gestion du stress, mais leur approche est ancrée dans une compréhension approfondie du fonctionnement psychique et des bases empiriques. Avec la psychologie, on va chercher à comprendre les causes (passées) de dysfonctionnements psychiques.

  • Le coaching, et plus spécifiquement le rôle d’un coach de vie ou life coach, est axé sur l’accompagnement des individus vers l’atteinte de leurs objectifs personnels et professionnels. Le coaching se focalise sur le présent et l’avenir, aidant les clients à clarifier leurs aspirations, à développer des stratégies pour les atteindre, et à surmonter les obstacles pratiques qui se trouvent sur leur chemin.

    Contrairement aux psychologues, les life coachs ne se concentrent pas sur le traitement des troubles psychiques mais sur l’amélioration de la qualité de vie et le développement des compétences et des capacités. Par exemple, un coach de vie pourrait aider une personne à améliorer sa gestion du temps, à renforcer sa confiance en soi, ou à trouver un équilibre entre vie professionnelle et personnelle.

 

Une autre distinction majeure réside dans la formation et la régulation. Les psychologues doivent suivre une formation universitaire rigoureuse et sont souvent soumis à des réglementations strictes et à des obligations de certification et de supervision. Les life coachs, bien que pouvant suivre des formations spécifiques en coaching, n’ont pas nécessairement besoin de diplômes universitaires en psychologie ou d’autres disciplines de santé mentale. Cela permet une plus grande diversité dans les approches et les méthodes utilisées, mais aussi une variation dans les niveaux de compétence et d’expertise.

Si on résume, la psychologie et le coaching ont des objectifs et des méthodes distincts. La psychologie vise à traiter et à comprendre des problèmes mentaux profonds en utilisant des bases scientifiques et thérapeutiques solides. Le coaching se concentre sur l’atteinte des objectifs personnels et professionnels à travers des méthodes de motivation et de développement personnel. Les psychologues s’occupent des aspects pathologiques et complexes du comportement humain, tandis que les life coachs travaillent sur l’optimisation des potentialités et la réalisation des aspirations des individus.

En revanche, tous les professionnels sérieux, qu’ils soient coachs ou psychopraticiens, doivent être supervisés pour assurer une prise en charge éthique de leurs clients.

Similitudes entre psychologie et coaching

se former aux thérapies brèves en coaching

Quelles sont les similitudes entre psy et coach ?

Bien que les rôles d’un coach de vie et d’un psychologue soient distincts, ils partagent plusieurs similitudes dans leur mission d’accompagnement et de soutien des individus. Tout d’abord, les deux professionnels s’efforcent de favoriser le bien-être de leurs clients. Que ce soit un life coach ou un psychologue, l’objectif principal est d’aider les personnes à améliorer leur qualité de vie, à surmonter des défis et à atteindre leurs objectifs personnels ou professionnels.

L’écoute active et l’empathie sont des compétences essentielles communes aux life coachs et aux psychologues. Ils doivent tous deux être capables d’écouter attentivement leurs clients, de comprendre leurs préoccupations et d’offrir un espace sûr pour exprimer leurs pensées et émotions. Cette capacité à créer un environnement de confiance est cruciale pour établir une relation efficace et productive.

De plus, les coachs de vie et les psychologues utilisent des techniques basées sur des conversations structurées pour aider leurs clients à explorer leurs pensées, leurs sentiments et leurs comportements. Même si les méthodes spécifiques peuvent varier, les deux professionnels encouragent souvent la réflexion personnelle et la prise de conscience, des éléments clés pour le changement et la croissance personnelle. Par exemple, un psychopraticien et un coach de vie peuvent tous deux utiliser des questions ouvertes pour aider leurs clients à identifier leurs obstacles et à découvrir des solutions potentielles.

Le coach de vie et le psychologue cherchent également à promouvoir l’autonomie de leurs clients. Plutôt que de donner des conseils directs ou de résoudre les problèmes pour leurs clients, ils les encouragent à trouver leurs propres solutions, à s’autonomiser et à développer les compétences nécessaires pour gérer les futurs défis de manière indépendante. Cette approche aide à renforcer la confiance en soi et la résilience.

Enfin, bien que les contextes et les types de problèmes abordés puissent différer, les deux professions valorisent l’amélioration continue et le développement personnel. Un life coach peut travailler sur des objectifs de carrière, de bien-être ou de relations, tandis qu’un psychologue peut traiter des troubles mentaux ou des problèmes émotionnels profonds. Cependant, dans les deux cas, le but ultime est de soutenir les individus dans leur parcours de croissance et de les aider à mener une vie plus épanouie.

Ainsi, malgré leurs différences, les coachs de vie et les psychologues partagent des similitudes importantes dans leurs approches d’accompagnement. Ils utilisent l’écoute active, favorisent la réflexion personnelle, encouragent l’autonomie et visent l’amélioration continue du bien-être de leurs clients. Ces points communs permettent à ces professionnels d’offrir un soutien précieux dans différents aspects de la vie de leurs clients. Il n’est pas rare qu’une personne soit à la fois coachée et suivie par un psychologue (ou psychopraticien ou psychothérapeute). On comprend ainsi que les métiers de psychologue et de coach sont complémentaires. L’un est tourné vers le passé quand l’autre est tourné vers l’avenir.

On peut facilement imaginer un patient qui, après avoir été accompagné par un psychologue, souhaite construire un projet qui soit personnel ou professionnel et fasse alors appel à un coach pour y parvenir. Et vice et versa : un client de coach qui ne réussit pas à avancer sur son objectif peut ressentir le besoin de faire un point sur des accroches dans son passé. Il fera alors appel à un psychologue.

Comment savoir s’il faut aller voir un coach plutôt qu’un psy ?

Déterminer s’il est préférable de consulter un coach de vie ou un psychologue dépend des besoins spécifiques de l’individu et des objectifs qu’il souhaite atteindre.

Un life coach est généralement indiqué pour ceux qui cherchent à améliorer leur performance personnelle ou professionnelle, à atteindre des objectifs spécifiques, ou à développer des compétences telles que la gestion du temps, la communication ou la confiance en soi. Par exemple, une personne qui souhaite changer de carrière, améliorer ses relations ou trouver un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée bénéficierait probablement du soutien d’un coach de vie. Le coaching est orienté vers l’action et les résultats concrets à court terme, avec un accent mis sur le présent et l’avenir.

En revanche, un psychologue est plus approprié pour les personnes qui éprouvent des troubles psychiques, émotionnels ou comportementaux. Si une personne souffre de dépression, d’anxiété, de troubles de l’humeur, de traumatismes ou d’autres difficultés psychologiques, elle devrait plutôt consulter un psychologue. Les psychologues sont formés pour diagnostiquer et traiter ces troubles en utilisant des techniques basées sur des recherches scientifiques. Leur approche est souvent plus introspective et vise à comprendre les causes profondes des problèmes afin de fournir un traitement efficace et durable.

Il peut également être utile de considérer la nature de l’accompagnement recherché.

Si l’objectif est de résoudre des problèmes relationnels, professionnels ou de développement personnel sans nécessiter une exploration profonde des causes sous-jacentes, un coach de vie pourrait être le choix adéquat.

Par contre, si les difficultés rencontrées ont des racines plus complexes ou provoquent une détresse significative, un psychologue serait mieux placé pour offrir le soutien nécessaire.

Bref, choisir entre un coach de vie et un psychologue dépend de la nature des besoins et des objectifs de l’individu. Un life coach est idéal pour des objectifs orientés vers l’action et l’amélioration personnelle ou professionnelle à court terme, tandis qu’un psychologue est indispensable pour traiter des troubles mentaux et émotionnels plus profonds.

Comment devenir psychopraticien ou coach ?

Devenir psychopraticien ou coach de vie (ou life coach) implique des parcours de formation distincts, adaptés à des objectifs et des méthodes spécifiques.

  • Pour devenir psychopraticien, il est essentiel de suivre une formation spécialisée en thérapie psychologique. Cette formation peut inclure des diplômes ou des certifications dans des domaines comme la gestalt-thérapie, l’analyse transactionnelle, la thérapie cognitivo-comportementale, la PNL, l’hypnose ou d’autres approches de thérapie brève. Les psychopraticiens doivent acquérir des compétences en écoute active, en empathie, et en techniques thérapeutiques variées pour pouvoir offrir un soutien adapté aux besoins de leurs clients. Bien que la profession de psychopraticien ne soit pas toujours réglementée par l’État, il est souvent recommandé de choisir une formation reconnue par des associations professionnelles pour garantir un niveau de compétence élevé et une pratique éthique. L’école MJD Formation délivre précisément des formations de ce type.

  • Pour devenir coach de vie, la voie est généralement plus flexible. Les life coachs peuvent suivre des programmes de certification spécifiques au coaching, qui couvrent des compétences en communication, en motivation, et en développement personnel. Ces programmes peuvent varier en durée et en intensité, allant de quelques semaines à plusieurs mois, et peuvent être proposés par diverses institutions académiques ou organisations spécialisées en coaching. C’est aussi le cas de MHD Formation. Un bon life coach doit être capable d’aider ses clients à identifier leurs objectifs, à élaborer des plans d’action et à surmonter les obstacles pratiques. La capacité à inspirer et à motiver est essentielle, ainsi qu’une solide compréhension des techniques de coaching.

 

coaching de vie ou life coach

Les deux professions nécessitent également une formation continue. Les psychopraticiens et les life coachs doivent régulièrement mettre à jour leurs compétences pour rester au courant des nouvelles techniques et des développements dans leurs domaines respectifs. Participer à des ateliers, des séminaires et des conférences peut être bénéfique pour approfondir ses connaissances et améliorer sa pratique.

En termes de réglementation, il est important de noter que la profession de psychopraticien n’est pas réglementée de manière uniforme, ce qui signifie que les exigences en matière de formation et de certification peuvent varier. En revanche, pour les life coachs, il n’existe pas de réglementation stricte, ce qui offre une grande flexibilité mais peut aussi entraîner des variations dans les niveaux de compétence et de professionnalisme.

Pour ceux qui souhaitent combiner les deux approches, il est possible de suivre des formations en thérapie brève tout en obtenant une certification en coaching. Cette double compétence permet de fournir un accompagnement plus complet, intégrant des techniques thérapeutiques pour traiter des problèmes émotionnels profonds et des méthodes de coaching pour atteindre des objectifs pratiques et personnels. Cela peut être particulièrement utile pour les clients qui ont besoin à la fois de soutien émotionnel et de guidance pratique.

Chez MHD Formation, nous enseignons le parcours coach et le parcours psychopraticien sur les mêmes bases théoriques, issues des sciences cognitives développées aux Etats-Unis depuis les années 50. Notre directeur pédagogique a été formé auprès des meilleurs praticiens américains comme Dilts, Grinder ou Bandler. L’approche est différente entre l’hypnose, la PNL et le coaching. Mais les outils ont un fond commun qui crée des ponts et des voies de passage entre ces différentes disciplines qui, loin de s’opposer, se complètent très bien.

Comment combiner des parcours de formation au coaching et aux thérapies brèves ?

Combiner des parcours de formation au coaching et aux thérapies brèves peut offrir une approche intégrée et polyvalente, permettant aux professionnels d’apporter un soutien holistique à leurs clients. Pour débuter, il est essentiel de choisir des formations qui couvrent à la fois les compétences en coaching et les techniques de thérapies brèves. Un coach de vie ou life coach peut bénéficier grandement de l’apprentissage de méthodes telles que la thérapie cognitivo-comportementale, l’analyse transactionnelle, la PNL ou la gestalt-thérapie, qui sont couramment utilisées par les psychopraticiens.

La première étape consiste souvent à obtenir une certification en coaching. Ces programmes de formation couvrent des domaines tels que la fixation d’objectifs, la motivation, la gestion du temps et la communication efficace. Ils forment les life coachs à aider leurs clients à élaborer des plans d’action et à atteindre leurs objectifs personnels et professionnels. Une fois cette certification obtenue, il est recommandé de poursuivre une formation complémentaire en thérapies brèves.
Les thérapies brèves se concentrent sur des interventions rapides et efficaces pour traiter des problèmes spécifiques. Elles incluent des approches comme la thérapie cognitivo-comportementale, qui aide les clients à modifier des pensées et des comportements négatifs, et la gestalt-thérapie, qui se concentre sur l’ici et maintenant pour améliorer la conscience de soi et les relations interpersonnelles. En tant que psychopraticien, la maîtrise de ces techniques permet de traiter des troubles émotionnels et comportementaux de manière ciblée et efficiente.

Pour combiner ces parcours, il est utile de suivre des programmes de formation qui offrent des modules intégrés. De nombreux centres de formation comme MHD proposent désormais des cursus qui incluent à la fois des éléments de coaching et de thérapie. Cela permet aux professionnels d’apprendre comment appliquer des techniques de thérapie brève dans un cadre de coaching, enrichissant ainsi leur pratique et leur permettant de répondre à une plus large gamme de besoins.
L’intégration de ces compétences nécessite également une pratique supervisée. Participer à des stages ou à des séances de supervision avec des praticiens expérimentés dans les deux domaines peut aider à affiner les compétences et à appliquer les techniques de manière efficace. Par exemple, un coach de vie en formation peut apprendre à utiliser des outils de thérapie cognitivo-comportementale pour aider un client à surmonter des obstacles mentaux spécifiques tout en travaillant vers des objectifs de vie concrets.

Enfin, il est très important de maintenir une formation continue. Les domaines du coaching et des thérapies brèves évoluent constamment avec de nouvelles recherches et pratiques émergentes. Participer régulièrement à des ateliers, des conférences et des séminaires permet de rester à jour et d’améliorer constamment ses compétences. Cela garantit que le professionnel est toujours capable de fournir le meilleur soutien possible à ses clients.

Chez MHD Formation, les passerelles sont nombreuses du fait que toutes nos formations reposent sur un socle théorique homogène et commun issu des sciences cognitives et de l’école de Palo Alto aux Etats-Unis. Une fois la certification coach professionnel RNCP obtenue, est possible de progresser à sa mesure dans le domaine de la psychopratique avec des modules de Technicien, Praticien et Maître-Praticien en hypnose Ericksonienne et en PNL.

PARLEZ-NOUS DE VOTRE PROJET DE FORMATION !