SUPERVISION

La Supervision vous permettra de développer votre compréhension dans les relation d’accompagnement

Recevoir une documentation

PROGRAMME

Depuis longtemps la supervision fait partie à la fois de la formation continue et du contrôle de la qualité de la pratique des métiers de la relation. La supervision est considérée comme un point de passage presque obligatoire pour les professionnels.

La supervision permet de remettre en question sa propre pratique, de continuer à se former, d’assurer une bonne posture éthique et déontologique, et de rassurer le client.

La supervision est la meilleure façon, de véritablement développer la profondeur de sa pratique. Au delà d’une formation initiale qui sert à poser les fondations des compétences , la supervision propose une professionnalisation fondée sur l’accompagnement de l’expérience du praticien sur le terrain et qui permet souvent des résultats plus pratiques.

La supervision en individuel ou en collectif est une forme de formation continue et d’autocontrôle de la qualité d’un praticien.

La supervision concerne la pratique du métier sans nécessairement tenir compte des diverses théories ou pratiques sur lesquelles ceux-ci peuvent se reposer. Par essence, la supervision est donc multidisciplinaire en ce qui concerne les théories ou les cadres de références conceptuels de leurs formations initiales.

Par conséquent, la supervision n’est pas particulièrement centrée sur l’acquisition de la pratique d’un superviseur (théorie de sa pratique, atelier didactique ou formation). Il serait exact de dire que même si le superviseur donne souvent des conseils, il est un genre «d’accompagnant des accompagnants» quelque soit son approche privilégiée. Le superviseur pratique une posture qui n’apporte pas de solutions uniques, mais qui stimule plutôt la réflexion et le développement de ses clients (les praticiens en exercice, en les accompagnant dans leur propre démarche pratique d’apprenti.

La supervision est donc très précisément centrée sur le développement de la pratique quotidienne de la personne en supervision. Concrètement, le praticien «supervisé» pose une succession de cas-clients réels et se fait accompagner par le superviseur dans le développement de sa profondeur de praticien ou dans la remise en question de certains aspects de l’art de sa pratique. Lors d’une supervision en groupe l’ensemble du groupe bénéficie de cette remise en question et des apports faits par le superviseur.

QUAND FAUT-IL SE FAIRE SUPERVISER ?

Certains soutiennent qu’il est indispensable d’avoir un lieu de supervision dès que l’on démarre sa pratique avec un premier client, voire dans certains cas avant même de se lancer, et qu’il faut continuer tant que l’on pratique le métier.

En tous les cas, aujourd’hui la supervision peut concerner un débutant pour « l’aider à s’étoffer » comme un « maître » pour le provoquer dans ses certitudes et stimuler sa créativité, son développement professionnel et sa remise en question. Il est évident qu’en début de carrière de praticien, la supervision concerne plutôt un travail sur des situations quotidiennes, alors qu’après des années de pratique professionnelle, elle devient peu à peu un lieu de développement de la pratique générale du métier, voire un lieu de recherche et de développement du métier.

INFOS PRATIQUES

Objectifs:

Développer sa compréhension des processus présents dans une relation d’accompagnement :

  • Chez le client ( patient )
  • Entre le client ( patient ) et l’accompagnant
  • Chez l’accompagnant

A travers des grilles de lecture multi-référentielles

 

Lieux :

Paris

Durée :

formation en présentiel 1 jour

Pré requis :

Pratique du coaching ou de toute autre forme d’accompagnement

Pédagogie :

Le travail d’appréhension des outils est conduit par des apports théoriques et l’analyse de cas pratiques, l’intégration par l’entraînement des participants qui amènent leurs propres cas que l’on traite en groupe, le rendu (vérification des acquis) par le partage volontaire entre participants d’une part et avec l’intervenant d’autre part.

Chaque journée de supervision est indépendante